VOIE ETROITE, N° 80 de février-mars 1984
Une visite aux chemins de fer corse en 1967, par J.C. Lehoux

L'auteur nous raconte son voyage en Corse, ce qu'il a vu de bon et de moins bon sur le réseau.
Il montre l'horaire de 1967, et fait l'état du matériel roulant en mai 67.

Voici la conclusion de son article :

En guise de conclusion...

Le réseau ferré m'avait laissé à cette époque (mai 1967) une impression inquiétante d'abandon, du à un régime provisoire d'exploitation par les Ponts et Chaussées et un certain désintérêt de l'Etat, de 1945 à 1965... (Il y eut toutefois l'achat des 8 autorails Renault en 1950 et des 2 locotracteurs diesel en 1951, ainsi que le renouvellement très partiel de la ligne centrale à l'aide de rails provenant de la dépose de la ligne de la côte orientale). En 1965, l'Etat avait concédé le réseau à la SACFS, avec la charge de moderniser et rationaliser l'exploitation. Il y eut effectivement un certain effort de la part du concessionnaire, ce que j'ai pu constater : rénovation des gares de Calvi et d'Ile Rousse, apport de 4 autorails légers complètement reconstruits, rénovation de quelques autorails insulaires (Billard 113, Renault 201, quelques remorques), achat d'un locotracteur neuf, quelques améliorations de voie, création de trains rapides sur la ligne centrale et des "trains tramways" sur la Balagne.

Malheureusement cet effort resta trop timide et parfois discutable (reconstruction d'autorails de faible capacité et mise en sommeil de certains Renault, garage définitif des 3 confortables Billard 210 Cv, etc). D'autres difficultés surgirent vers 1970, et finalement le concessionnaire fut déchu en 1972. Pendant les 10 années suivantes, la CFTA exploita le réseau, améliorant encore la voie et rénovant les autorails Renault, achetant en outre des autorails neufs CFD. Puis, comme on sait, la SNCF a intégré le réseau insulaire dans son domaine au 1/1/83.

Il me reste à rendre hommage à tous ceux qui ont contribué à sauver ce magnifique réseau, cheminots et utilisateurs : leur ténacité et leur attachement, d'une ampleur jamais atteinte sur le continent, ont permis son maintien et son renouveau à quelques années de son centenaire.

Voici un lien vers 3 photos qui accompagnent cet article :
(link to 3 photos in this article)

Renault  VE80_1.jpg

train de marchandises  VE80_2.jpg

croisement  VE80_3.jpg

 

Retour à la bibliographie - Back to bibliography